Arrêté Zones de Non Traitement : Eure-et-Loir Nature dépose un recours

Eure-et-Loir Nature a déposé un recours gracieux contre l'arrêté du Préfet d'Eure-et-Loir en date du 19 juillet 2017 définissant les zones où l'application de produits phytosanitaires est interdite.

Notre association estime que l'arrêté régional est en deçà des dispositions de l'arrêté ministériel qu'il est censé décliner. Il exclue en effet les petits cours d'eau et les plans d'eau inférieurs à un hectare.

Le Préfet dispose de deux mois pour donner sa réponse. En cas de refus de modifier l'arrêté ou de non réponse, une action concertée devant le tribunal administratif pourrait être portée par l'ensemble des associations de FNE Centre-Val de Loire qui ont toutes déposé un recours contre leurs arrêtés préfectoraux respectifs.

 

L'action Objectif zéro pesticide dans nos villes et villages continue

Châtenay, le 22 septembre, et Le Mesnil Simon, le 23, sont les deux nouvelles communes à avoir rejoint la démarche.

Une journée Ecophyto aura lieu le 03 octobre à St Lubin des Joncherets pour les communes engagées dans l'opération sur le bassin de l'Eure. La commune d'accueil montrera notamment aux autres communes comment elle gère ses espaces verts et sa voirie pour respecter la loi interdisant l'application de produits phyto sur les espaces communaux hors cimetières et stades.

 

Inventaires de la Biodiversité Communale

Signature des conventions pour la réalisation d'un inventaire de la biodiversité communale avec les communes de La Chaussée d’Ivry (18 septembre), Bailleau-Armenonville et Gallardon (20 septembre).

Les prospections de terrain pour ces trois inventaires ont commencé dès avril 2017.

 

Fin des aides à l'agriculture biologique

Le Ministre de l'agriculture a annoncé le 21 septembre la fin des aides au maintien de l' agriculture biologique et ce alors que le marché est en plein essor.

Pour notre fédération France Nature Environnement, " avec cette décision, le ministre s'attaque directement à la transition agro-écologique. En effet, l'agriculture biologique est son fer de lance, notamment pour trouver des alternatives à l'usage des pesticides. Il faudra donc rétablir l'équité en faisant payer les pollutions par les engrais et les pesticides de synthèse. "

Le Ministre justifie toutefois cette suppression par le développement " historique " de la " bio " (+ 15 % en 2015, + 20 % en 2016).

Le Ministre estime qu'il est temps que la l'agriculture biologique passe à d'autres mécanismes financiers que celui des aides, et se dit prêt à encourager le développement d'une filière bio incluant la transformation et la distribution.

 

Le ministère de la Transition écologique, un des " gagnants " du projet de Loi de finances 2018

Le budget du ministère prévoit une hausse de 3,9 % pour passer à 10,4 milliards d'euros. Cela malgré une réduction de ses effectifs (1 274 emplois).

L'essentiel des fonds devrait aller à la rénovation thermique des bâtiments, au remplacement des véhicules polluants, et au soutien au développement des énergies renouvelables.

Un fond air-mobilité de 20 millions d'euros sera affecté à l'ADEME. Côté recettes, la taxe « carbone » sera relevée pour atteindre 86,2 milliards d'euros en 2022 contre 64,8 prévus initialement par la Loi de transition énergétique.

Sur le plan de la biodiversité, la rallonge est très légère, mais les Agences de l'eau sont mises à contribution à hauteur de 300 millions soit 15 % de leurs budgets.



Eure-et-Loir Nature 2012 - Tous droits réservés - Réalisé avec le soutien financier de la Région Centre
Maison de la Nature, rue de Chavannes 28630 Morancez
Mentions légales